LE MUSEE DE LA CARTE POSTALE
4 avenue Tournelli 06600 Antibes

Contact : 04.93.34.24.88 – museedelacartepostale@gmail.com
Ouvert de 14h à 18h du mardi au dimanche inclus (fermé le lundi).
Tarif d’entrée : 5€ (gratuit pour les moins de 12 ans).

« L’HUMOUR CHEZ LES POILUS »

Exposition temporaire du 1er Janvier au 30 Mars 2018

Carte postale humoristique illustrée d'un sonnet au sujet des Poilus, issue de l'exposition temporaire "l'humour chez les poilus" au Musée de la Carte Postale, à Antibes.

En plus de son exposition permanente avec visite guidée et commentée, le Musée de la Carte Postale vous présente une exposition temporaire de cartes postales anciennes sur le thème de l’humour chez les Poilus entre 1914 et 1918.

En évoquant la 1ère Guerre Mondiale qui fut une véritable boucherie humaine, il peut paraître inapproprié d’évoquer l’humour chez les Poilus. Et pourtant il existe de nombreuses preuves écrites relatives à ce sujet qui témoignent des bienfaits de l’humour chez les soldats.

1. Près du Front :

Entre deux assauts car les combats n’étaient pas permanents, les soldats au repos, lisaient leur courrier ou écrivaient à leur famille. Puis nombre d’entre eux, notaient leurs impressions, en prose ou en vers, sur les sentiments qui les préoccupaient. D’autres, doués pour le dessin réalisaient des croquis sur le vif.

Carte postale humoristique illustrant le cuistot chez les Poilus, issue de l'exposition temporaire "l'humour chez les poilus" au Musée de la Carte Postale, à Antibes.

Bientôt tous ces documents furent assemblés, sous forme de cahiers, et les Poilus commencèrent à publier des petits journaux, ronéotypés avec des moyens de fortune, destinés à leurs frères d’armes. Ainsi parurent : Rigolboche, L’Echo des Gourbis, le Sourire de l’Argonne, Le Crapouillot (ce dernier sera le seul qui continuera à être publié après la guerre) et de nombreux autres titres…

Le dénominateur commun de ces journaux, c’est l’humour débridé, et surtout l’autodérision à travers des dessins, des blagues, des jeux de mots, les Poilus y font preuve de beaucoup d’inspiration.

On notera que la censure militaire (si prompte à sévir en ce qui concerne le courrier), laissera ces journaux paraître, considérant que pour les Poilus, pouvoir ainsi s’exprimer avec humour de leur sort, constitue une échappatoire, une véritable soupape de sécurité en raison du stress qu’ils subissent.

2. A l’Arrière :

Loin de la zone des combats de nombreuses œuvres de bienfaisance ou d’assistance aux soldats blessés, aux veuves et aux orphelins vont être créées. De toutes opinions politiques, de toutes obédiences, ces associations vont publier des cartes postales offertes aux soldats pour leur correspondance ou vendues aux civils au bénéfice des associations. Ces cartes postales reproduisent parfois des œuvres issues des poilus eux-mêmes. On organise à Paris et d’autres grandes villes des expositions de dessins ou d’objets réalisés par les soldats sur le front.

Carte postale gravure illustrant des bijoux créés par les Poilus, issue de l'exposition temporaire "l'humour chez les poilus" au Musée de la Carte Postale, à Antibes.

Les éditeurs professionnels de cartes postales vont publier des cartes spécialement destinées à soutenir le moral des poilus. L’humour y prédomine, mais force est de constater que ces créateurs se sont parfaitement « documentés » auprès des Poilus. On y découvre tout le vocabulaire utilisé dans les tranchées, tous les tracas des combattants, mais également tout ce qui fait les principales préoccupations des Poilus : l’absence d’affection, le désir de paix, et par-dessus tout le rêve d’obtenir une permission.

La presse écrite satyrique très abondante à l’époque se met au diapason. Notamment le journal « Le Rire » qui prendra le nom de « Le Rire Rouge » pendant toute la durée de la guerre. Si l’humour véhiculé par ces cartes postales nous semble aujourd’hui un peu naïf, parfois énigmatique, il était efficace auprès des Poilus. Ils en saisissaient immédiatement le message, car les expressions utilisées étaient celles de leur vie quotidienne.

Carte postale illustrée représentant les voeux et le réveillon des soldats Poilus, issue de l'exposition temporaire "l'humour chez les poilus" au Musée de la Carte Postale, à Antibes.

Selon Rabelais « Le rire est le propre de l’homme ».  On a du mal à imaginer que ces hommes qui se battaient parvenaient à préserver dans leurs pensées une petite place pour l’autodérision et l’humour. Mais peut-être est-ce en cultivant cet état d’esprit qu’ils purent au milieu de cette guerre si meurtrière, sauvegarder un brin d’espoir pour se rattacher à l’idée que chacun peut se faire de l’humanité en temps « normal » ou en temps de paix.

Carte postale humoristique illustrant un soldat Poilu blessé, issue de l'exposition temporaire "l'humour chez les poilus" au Musée de la Carte Postale, à Antibes.

Christian DEFLANDRE
Animateur du Musée de la Carte Postale

www.museedelacartepostale.fr

Translate »